Compta Online publie un résumé interessant d'un séminaire organisé par le Conseil supérieur de l'Ordre des experts-comptables (CSOEC)  qui a eu lieu le 10 juin 2020 sur le thème « Comment exploiter les données de mes clients ? : Big Data : experts-comptables agrégateurs de données ou créateurs de valeur ?

Cet article, que je vous conseille de lire, soulève plusieurs points clés pour Conciliator sur lesquels il est intéressant de réfléchir.

Le coût d'acquisition de données propres

L'exploitation des données ouvre des perspectives fantastiques et l'article l'évoque bien : analyses prédictives, analyses sectorielles ou détaillées des coûts etc... à condition d'avoir des données exploitables !

Et c'est bien là qu'il faut être vigilant : imaginez que vous souhaitez comparer des tarifs d'articles présents dans des factures. Cela ouvre de belles perspectives.
Pour cela, il vous faut le montant payé et le nombre d'articles (en plus de l'identification de l'article).

Données propres

Cela signifie déjà de disposer de ces informations à la ligne pour TOUTES les factures, y compris papier, sinon la statistique est fausse.  Mais il faut de plus que ces informations soient justes : si des erreurs de lecture ou de saisie font qu'un prix est lu 23€ au lieu de 123€ parce que le 1 était tout petit ou caché par un joli logo, vos statistiques deviennent vite inutiles ou alors il faut rechercher toutes les aberrations.

Ces 2 points montrent que de disposer de données propres, complètes et exploitables représente un coût très important qu'il ne faut pas négliger.

Par exemple, pour la lecture automatique des lignes par Conciliator Expert, nous passons plusieurs dizaines de contrôles par facture pour ne délivrer à nos clients que des factures qui contiennent des données justes.

La possibilité d'exploiter de gros volumes de données (big data) pour y apporter un regard métier d'expert nécessite ce préalable de données propres. C'est à ce prix que les perpectives deviennent passionnantes.

La sécurité des données

La question de l'utilisation des données personnelles est évidemment tout à fait critique comme évoqué dans l'article ainsi que celui du secret des affaires.
Cependant, avant ce point, je voulais mettre en avant un autre point encore plus critique car souvent sous estimé : la sécurité des données recueillies du début à la fin.

Données privées

Nous devons souvent expliquer à nos clients ou prospects, notamment concernant les DSN et données de paie chargées dans Conciliator Pay, que les données doivent transiter par des canaux d'échange sécurisés et stockées sur des serveurs qui respectent toutes les normes de sécurité. Le mail, les outils de stockage réseau et encore moins les PCs des employés ne peuvent stocker des données personnelles. Assurer la sécurité de données personnelles nécessite une expertise technique et une veille permanente qui n'est pas à la portée d'un simple utilisateur. Les techniques de piratage direct ou par pishing progressent en permanence. Les hébergeurs professionnels ou les services SaaS sont les plus à même d'assurer cette tâche.

L'exploitation des données

Sur ce dernier point, la vision des intervenants qui est "d'acquérir et diffuser au sein du cabinet les compétences clés en matière de Big Data" me semble optimiste.
Une telle approche nécessite de disposer de compétences particulières et variées en informatique et traitement des données qui sont peut-être à la portée des réseaux mais surement pas des cabinets, même avec quelques collaborateurs.

Interpréter les données pour conseiller

L'exploitation de la donnée est un métier complexe qui implique un ensemble de savoirs importants : sécurité des données, droit d'utilisation, temps de réponse, compréhension de la structure des données, logique temporelle, logique booléenne, logique structurelle etc...
Le cas de la DSN est emblématique de cette situation, les données sont structurées mais la structure est terriblement complexe à manipuler : les notions de données hiérarchiques se superposent avec d'autres liens contractuels et temporels. Il faut y ajouter la gestion des changements d'identifiant d'un mois sur l'autre (blocs changements) pour avoir un tableau complet.

Il me semble donc plus raisonnable pour un cabinet de s'intéresser à des solutions avec des données "prépackagées" et propres fournies par des outils dédiés pour y apporter un regard métier d'expert.

Notre vision de l'avenir du cabinet est plus du côté de l'interprétation métier des données et des conseils associés pour ses clients que de la capacité à faire du "big data".  
C'est avec cette  direction que nous construisons nos produits  Conciliator Expert et Conciliator Pay : fournir aux cabinets des données propres et utilisables pour accompagner leurs clients.